Vous souhaitez vous lancer dans l’astronomie mais vous n’avez jamais regardé plus d’une ou deux fois dans un instrument ?

 

Pour éviter les mauvaises surprises voici nos conseils :

1)      Venez nous voir, vous pourrez regarder dans divers instruments et découvrir ce que l’on voit « pour de vrai », car c’est TRES LOIN des images du télescope Hubble !

2)      Après une première séance, vous êtes prêt à vous lancer ? Alors reprenons : Pour éviter de se tromper, il vous faut suivre quelques notions et conseils et répondre à quelques questions :

 

NOTIONS

 

Notions de F/D : c’est le rapport de la longueur Focale en mm de votre appareil divisée par son diamètre en mm.

Plus il est faible (autour de 5), plus l’instrument est lumineux et donc adapté à la vision des objets du ciel profond (nébuleuses, galaxies) mais limite le grossissement.

Plus il est grand (10 et plus), plus vous pourrez grossir facilement, c’est donc pratique pour les planètes, en revanche il est plus « sombre » et donc peu adapté à la vision des objets du ciel profond.

Les instruments avec un F/D autour de 7,5 sont dit « polyvalents », bons mais pas excellent en ciel profond, bons mais pas excellents en planétaire.

 

Notion de grossissement : Un oculaire ne procure qu’UN SEUL grossissement. Donc pour avoir plusieurs grossissements, il vous faut plusieurs oculaires. Le grossissement est le rapport de la focale de votre instrument par celle de votre oculaire (par exemple un instrument de 1000mm de focale utilisé avec un oculaire de 25mm procure un grossissement de 1000/25 = 40). Plus le grossissement est faible, plus le champ vu est important. C’est pour cela qu’il faut toujours commencer par observer avec l’oculaire avec la focale la plus grande : c’est plus facile de localiser l’objet recherché.

 

Notion de champ visuel : Le champ, c’est l’étendue que vous voyez à l’oculaire, avec un même oculaire, les instruments avec un F/D proche de 5 offrent un champ plus large que ceux avec un F/D de 10. Ca n’a l’air de rien, mais il est beaucoup plus facile de cibler un objet quand on a un grand champ que quand il est tout petit.

 

 

CONSEILS

 

1er conseil : ne JAMAIS acheter de matériel en grande surface : déception garantie !

 

2ème conseil : Pour débuter, éviter le matériel informatisé, préférez mettre votre argent dans la qualité de l’optique : l’astronomie, ce sont d’abord des lentilles ou des miroirs, pas de l’électronique…

 

3ème conseil : les instruments de débutants achetés dans un magasin spécialisé ne sont jamais de mauvais instruments mais peuvent ne pas être adaptés à votre usage ou mal réglés : Le meilleur des instruments n’est pas le plus gros ou le plus cher, c’est celui que vous utiliserez souvent.

 

4ème conseil : acheter un instrument, c’est bien, mais dans votre budget, pensez aux accessoires indispensables (les oculaires entre autre) qui peuvent faire grimper rapidement la facture.

 

5ème conseil : ATTENTION AU POIDS : un gros instrument, c’est bien, mais manipuler un tube de 12 à 15 kg à bout de bras n’est pas toujours facile (essayez de tenir 2 packs de 6 litres à bout de bras…)

 

 

 

Votre Budget ?

  • ·         Moins de 100€ : A part du petit matériel d’occasion, il n’y a que la paire de jumelles 10x50 qui est l'instrument de base de l'astronome amateur.

 

  • ·         100 à 300€ : Là on commence à pouvoir acheter du neuf : une petite lunette de 80mm de diamètre ou un petit télescope de 110 à 150mm, une bonne paire de jumelles 10x50.

 

  • ·         300 à 500€ : une bonne lunette de 80 à 100mm de qualité standard, un télescope de 150 à 200mm.

 

  • ·         500 à 1000€ : Le même type de lunette 80 de qualité optique supérieure ou une lunette de 120 mm de qualité standard avec une monture de qualité supérieure, un telescope "Dobson" de 250 mm

 

  • ·         1000 à 2000€ : Une lunette de 120 de qualité optique supérieure avec une bonne monture, un télescope « Dobson » jusqu’à 300mm

 

  • ·         + de 2000€ ?? Pour débuter, inutile de mettre autant.

 

Que voulez-vous voir ?

  • ·         La lune et les planètes ? Pour la Lune, pas de problème, tous les instruments permettent des observations sympa. Pour les autres planètes, privilégiez les rapports F/D grands (10 ou plus) et une monture type equatoriale, bien plus sympa pour le suivi à fort grossissement

 

  • ·         Etoiles et amas d’étoiles ? Tous les F/D sont envisageables (mais vous ne ferez pas que ça, je suppose…) sinon, une paire de jumelles offre des vues inoubliables.

 

  • ·         Nébuleuses et galaxies ? Privilégiez les F/D proches de 5 avec une monture type « dobson »

 

  • ·         Un peu de tout ? Choisissez un instrument avec un F/D entre 7 et 8 sur monture equatoriale

 

Vous observerez

  • ·         Depuis votre jardin ? Tous les instruments sont envisageables.

 

  • ·         Depuis votre balcon ? L’instrument doit plutôt être court, évitez les lunettes de longue focale, préférez des télescopes type "Maksutov" ou " Schmit-Cassegrain"

 

  • ·         Depuis le petit coin que vous avez repéré à quelques km de chez vous ? L’instrument doit être facilement transportable et pas trop lourd

 

Pour vous l’observation, vous l’envisagez :

  • ·         Trois à quatre fois par an, pendant les vacances ? Choisissez plutôt un petit instrument, facile à ranger, à sortir.

 

  • ·         Au moins une fois par mois ? Préférez un instrument de diamètre moyen.

 

  • ·         Toutes les semaines ? N’hésitez pas à prendre une optique de qualité, préférez une optique au top de diamètre limité qu'un grand diamètre de qualité moyenne

 

Vous voulez faire :

  • ·         Juste de l’observation visuelle ? Vous pouvez vous contenter d’une monture type « azimutale » pour une lunette ou type « Dobson » pour un télescope.

 

  • ·         Vous essayer à photographier des planètes ? Privilégiez une monture type « équatoriale ».

 

  • ·         Vous lancer dans la photo de nébuleuses et galaxie ? Oubliez pour le moment, c’est un autre monde. Par contre un matériel bien choisi (une bonne monture équatoriale) peut vous permettre de tester la chose et de vous rendre compte de la complexité de ce type de photo.